Maurice se tourne de plus en plus vers ses voisins…sauf la Réunion…

jugnault

Anerood Jugnauth, Premier ministre de l’Île Maurice (Crédits : Reuters)

Ratification par Maurice d’un accord pour la création d’une zone de libre-échange tripartite, COMESA, CAE, SADC. Vingt-sept Etats du continent sont concernés. Maurice a rejoint les signataires le 9 octobre et devient donc le 21° pays à l’avoir validé. Cette zone regroupera trois régions économiques, la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (Comesa) et la Communauté d’Afrique de l’Est (CAE).Cet accord qui devrait normalement entrer en vigueur en début d’année prochaine vise à faciliter la libre circulation des biens et services au sein la zone. Depuis la fin des accords multifibres avec l’Europe il y a douze ans, Maurice se tourne de plus en plus vers ses voisins.

La zone de libre-échange tripartite vise entre autres, la promotion du développement économique et social de la région, la création d’un grand marché unique avec la libre circulation des biens et des services pour promouvoir le commerce intra-régional et améliorer les processus d’intégration régionale et continentale.

L’accord qu’entend signer l’Île Maurice porte plusieurs avantages. Une fois conclu, il permettra la réduction des tarifs douaniers sur les marchandises échangées entre les pays tripartites et la mise sur pied de nouvelles opportunités pour les exportations ainsi que des chaînes de valeur régionales. Une belle opportunité pour l’Île qui pourra plus facilement avoir accès aux marchés.

La zone de libre-échange offre de nouvelles opportunités aux Etats signataires. Elle représente un marché intégré de 26 nations pour une population globale de 632 millions de personnes. Ce chiffre représente à son tour, les 57% de la population de tout le continent africain et un PIB global de 1,3 milliard de dollars (chiffres de 2014).

 

 

 

 

 

 

 

l